Ce qui se passe

à la Fondation en ce moment

Retour

Résultat de la collecte des tirelires d’Halloween

Dévoilement du résultat de la 15e édition des tirelires d'Halloween au profit des P'tites boîtes à Lunch de la Tablée.

Sur la photo : Mme Rachel Bissonnette, directrice générale de la Fondation de la Tablée populaire, en compagnie des propriétaires du restaurant Le Roy Jucep, M. Éric Verrier et M. Charles Lambert (absent sur la photo)

 

Les élèves du primaire ont permis d’amasser plus de 2 600 $ au profit des P’tites boîtes à lunch de la Tablée populaire le soir de l’Halloween

C’est par centaines que les élèves des écoles primaires de la Commission scolaire des Chênes (CSDC) ont parcouru les rues de Drummondville et des villages de la MRC de Drummond pour passer l’Halloween et recueillir les sous que les adultes ont déposés dans leur tirelire. Au total, c’est 2 687 $ qui seront versés au service des P’tites Boîtes à Lunch de la Tablée (PBLT).

Cette belle chaîne d’entraide au service des enfants plus démunis se termine par un grand décompte réalisé à l’aide d’une machine à compter la monnaie dont l’accès est rendu possible par la Caisse Desjardins de Drummondville. L’image des tirelires a été redorée à l’effigie des couleurs du Restaurant Le Roy Jucep, une copropriété des hommes d’affaires Charles Lambert et Éric Verrier, qui assume entièrement les coûts reliés à la confection des tirelires.

Par l’entremise de son service des PBLT, la Fondation aide les enfants défavorisés du primaire, référés par les directions des écoles de la MRC de Drummond, en leur fournissant des déjeuners et des dîners équilibrés à chaque jour de classe. Ce service offert gratuitement et de manière anonyme dessert entre 160 à 180 élèves en moyenne par jour.

« C’est important pour nous de redonner à la communauté et à l’œuvre des PBLT chapeautée par la Fondation de la Tablée populaire », indiquaient les propriétaires du Restaurant Le Roy Jucep.

Mme Rachel Bissonnette, directrice générale de la Fondation de la Tablée populaire, rappelle un vieil adage : « Il faut tout un village pour élever un enfant », unissons-nous afin de mettre fin à la spirale de la pauvreté. Elle tient à remercier l’implication et l’engagement de la communauté envers les enfants provenant de milieux défavorisés.

 

Vous pourriez aimer aussi